NEWS

Une nouvelle recherche permettra d’améliorer l’alerte rapide en cas de gigantesque tempête dévastatrice

Author

FCFA

Date

August 25, 2020

SHARE THIS

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Grâce à des recherches scientifiques révolutionnaires, il sera plus facile de prévoir la trajectoire de certaines des tempêtes les plus puissantes du monde, ce qui permettra aux communautés de mieux se protéger contre les graves inondations.

Les systèmes convectifs à méso-échelle (MCS) sont de « gigantesques tempêtes » qui touchent de grandes parties du monde, notamment l’Afrique, l’Australie, l’Asie et les Amériques, causant la mort d’hommes et de bétail ainsi que des dommages importants aux infrastructures. Ils peuvent éventuellement:

  • durer de plusieurs heures à deux jours
  • libérer une énergie équivalente à la consommation du Royaume-Uni pendant une année entière
  • s’étendre sur une superficie plus grande que l’Angleterre et parcourir 1.000 km
  • déclencher plus de 100 mm de pluie en une heure seulement

Au Sahel, la fréquence de ces tempêtes extrêmes a triplé depuis les années 1980 dû au réchauffement climatique.

Des tempêtes de poussière intenses, comme ce haboob au Mali en août 2006, provoquent des pluies torrentielles dans le Sahel (Source: Françoise Guichard / Laurent Kergoat / CNRS Photo Library)

 

Jusqu’à présent, la trajectoire de ces systèmes météorologiques complexes était considérée comme largement imprévisible. Cependant, une nouvelle étude du Centre britannique pour l’écologie et l’hydrologie (UKCEH) a révélé que souvent les conditions de la surface terrestre affectent la direction et l’intensité des tempêtes après leur formation.

La recherche aide maintenant les scientifiques à développer des outils en ligne pour mieux prévoir la trajectoire et la force d’une tempête qui approche, ce qui permettra de fournir des informations aux systèmes d’alerte pour les communautés à travers l’Afrique, leur fournissant jusqu’à six heures d’avertissement. Notamment au Sénégal, où l’UKCEH travaille avec le service météorologique national, l’ANACIM, pour voir dans quelle mesure les prévisions à très court terme sont utiles pour les interventions d’urgence locales.

La nouvelle étude, publiée dans la revue PNAS, a été financée par le ministère du développement international (DFID) et le Natural Environment Research Council (NERC) dans le cadre du programme de recherche Future Climate for Africa de l’aide britannique. Les chercheurs ont examiné les données satellite sur l’activité de milliers de tempêtes, ainsi que les températures terrestres, dans le Sahel pour la période 2006 à 2010.

L’auteur principal, Dr Cornelia Klein du UKCEH, explique: « Il est bien connu que la chaleur fournit aux orages une grande énergie, mais il était communément admis qu’une fois en mouvement, ils n’étaient pas affectés par l’état du sol sur lequel ils se déplaçaient. Cependant, nous avons constaté que des sols plus secs augmentaient l’intensité d’un orage de type MCS au milieu de la tempête, affectant la quantité de pluie qu’ils libèrent et aussi le sol sur lequel ils se déplacent. Inversement, nous avons constaté que les tempêtes étaient souvent affaiblies sur les sols humides ».

« Notre découverte signifie que, pour la première fois, nous pouvons prévoir, à partir des conditions de surface observées par satellite, comment ces tempêtes ouest-africaines extrêmement importantes peuvent se comporter lorsque, par exemple, elles s’approchent d’une ville. Un système d’alerte plus efficace permettra aux populations locales de prendre des mesures pour se protéger elles-mêmes ainsi que leurs maisons, leur bétail et leurs biens, et de planifier des interventions d’urgence ».

Pour la première fois, nous pouvons prévoir comment ces tempêtes ouest-africaines extrêmement importantes peuvent se comporter lorsque, par exemple, elles s’approchent d’une ville – Dr Cornelia Klein

Les inondations soudaines se produisent fréquemment pendant la saison des tempêtes au Sahel, avec un pic entre juin et septembre, et peuvent avoir de graves conséquences: l’eau pénètre dans les maisons et les populations perdent leurs biens et un espace de vie sûr et sec. Les inondations peuvent également provoquer des débordements d’eaux usées provenant de systèmes de drainage inadéquats, ce qui représente un risque pour la santé des hommes et des animaux.

Les auteurs de l’étude affirment que les résultats ont des implications importantes pour la « prévision à très court terme » (prévision de plusieurs heures à l’avance) des phénomènes météorologiques violents, non seulement au Sahel, mais potentiellement dans d’autres régions du monde qui constituent des zones sensibles des systèmes convectifs à méso-échelle (MSC) du monde.

Inondations à Ouagadougou, Burkina Faso, en 2017 (Source: Fowe Tazen / Gnenakantanhan Coulibaly)

 

Professeur Chris Taylor du UKCEH, co-auteur du nouveau document, ajoute: « Le schéma de ces gigantesques tempêtes est censé être difficile à prévoir, mais nous avons trouvé un niveau de prévisibilité surprenant. Les sols très secs ont influencé environ la moitié des tempêtes en fin d’après-midi ou en début de soirée, lorsqu’elles sont à leur apogée. Grâce à la poursuite des recherches et aux progrès de la technologie par satellite, notre certitude quant à leur déplacement sera accrue. Dans les décennies à venir, les scientifiques considéreront cette dernière étude comme une référence pour la prévision fiable de ces tempêtes dévastatrices. »

Cette recherche fait partie du projet AMMA-2050 dirigé par le UKCEH. Il s’agit d’une recherche climatique multidisciplinaire visant à améliorer les prévisions, afin de permettre aux urbanistes, aux agriculteurs et aux communautés de prendre de meilleures décisions. Elle est financée par le DFID et le NERC et regroupe des partenaires d’Europe et d’Afrique de l’Ouest.

Un porte-parole du DFID a déclaré: « Les gigantesques tempêtes hautement destructrices sont de plus en plus fréquentes en raison du changement climatique. Elles peuvent dévaster des communautés entières, menaçant surtout  les personnes les plus pauvres du monde. L’aide britannique soutient des recherches révolutionnaires, menées par des experts britanniques, pour mieux prévoir les tempêtes afin que les communautés africaines vulnérables puissent mieux se préparer à leur impact, se protéger et protéger leurs familles, et rendre leurs économies plus résistantes aux chocs climatiques. »

 

Fin

NOTES À L’INTENTION DES RÉDACTEURS

Informations relatives au document papier
Cornelia Klein et Christopher M Taylor. 2020. Les sols secs peuvent intensifier les systèmes convectifs à méso-échelle. « Proceedings of the National Academy of Sciences » (PNAS). DOI: 10.1073/pnas.2007998117

Récentes inondations en Afrique de l’Ouest

  • De fortes inondations ont eu lieu cette année au Niger et au Mali. Au Niger, 19 personnes seraient mortes et 35 autres blessées depuis le mois de juin. On estime que 112.452 personnes risquent d’être touchées par les inondations au Mali cette année, contre 95.000 personnes l’année dernière. Pendant la saison des pluies au Niger en 2017, on estime que 200.000 personnes ont été touchées par les inondations dans le pays, avec 56 morts. Environ 12.000 maisons ont été endommagées, 16.000 têtes de bétail sont mortes et 9.800 hectares de terres cultivées ont été perdus.
  • Fin juillet 2020, il a été rapporté qu’au moins sept personnes sont mortes lors des inondations dans l’État du Niger,dans le centre du Nigeria, tandis que 15 000 personnes ont été déplacées dans le nord du Nigeria au cours de la première semaine d’août après que les inondations aient endommagé des maisons.
  • Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, a été régulièrement touchée par des inondations soudaines ces dernières années. En juillet 2020, des crocodiles ont été aperçus dans les ruesaprès que des pluies torrentielles les aient forcés à quitter leur habitat dans un parc de la ville voisine. Des milliers de personnes ont été déplacées dans le nord du Burkina Faso à la mi-juin 2020 après que des abris y aient été endommagés. Ouagadougou, la capitale du pays, a été régulièrement touchée par des inondations soudaines ces dernières années. En 2009, une averse de 263 mm sur plusieurs heures a forcé 150.000 habitants à quitter leur maison et huit personnes ont trouvé la mort. En quelques semaines, au milieu de l’année 2016, de fortes pluies et des vents violents ont provoqué des inondations soudaines, faisant 15 morts et affectant gravement les établissements de soins de santé.
  • En 2012, il y a eu plus de 140 mm de pluie en une heure dans la région de Dakar au Sénégal, provoquant des inondations qui ont touché plus de 250.000 personnes, avec 26 décès. Des inondations similaires dans la région de Dakar en 2009 ont touché environ 30.000 maisons, avec des pertes de 82 millions de dollars US.

À propos de la recherche climatique multidisciplinaire en Afrique
Future Climate For Africa (FCFA) est un programme d’un coût de 20 millions de livres sterling financé par le ministère britannique du développement international et le Natural Environment Research Council. Il mène des recherches sur la manière dont le climat va changer en Afrique dans les prochaines décennies et vise à garantir que ces informations soient utilisées efficacement pour soutenir un développement capable de résister aux aléas climatiques. Le programme comprend cinq projets régionaux, dont AMMA-2050 (Analyse multidisciplinaire de la mousson africaine), un partenariat dirigé par le UKCEH. Les recherches menées dans le cadre d’AMMA-2050 comprennent une étude dirigée par le UKCEH (Taylor et al, 2017) qui a révélé que la fréquence des tempêtes extrêmes au Sahel a triplé entre 1982 et 2016 en raison du réchauffement climatique.

Parallèlement, un programme distinct de 9 millions de livres sterling, GCRF African-SWIFT, utilise les dernières recherches scientifiques pour développer des outils de prévision précis, afin de mieux protéger les communautés en Afrique contre les impacts des conditions météorologiques extrêmes. Ce programme, auquel participent des partenaires du Royaume-Uni, du Sénégal, du Ghana, du Nigeria et du Kenya, est dirigé par le Centre national des sciences atmosphériques (NCAS) et financé par le Fonds britannique pour la recherche et l’innovation sur les défis mondiaux.

 À propos du Centre britannique d’écologie et d’hydrologie (UKCEH)
Le Centre britannique d’écologie et d’hydrologie est un centre d’excellence en matière de sciences environnementales axées sur l’eau, la terre et l’air. Nos 500 scientifiques s’efforcent de comprendre l’environnement, la façon dont il entretient la vie et l’impact de l’homme sur celui-ci afin qu’ensemble, l’homme et la nature puissent s’épanouir.
Nous avons une longue expérience de l’étude, de la surveillance et de la modélisation des changements environnementaux, et notre science a un impact positif sur le monde. Les questions abordées par notre science comprennent: la pollution atmosphérique, la biodiversité, la biosécurité, les risques chimiques, les phénomènes météorologiques extrêmes, les sécheresses, les inondations, les émissions de gaz à effet de serre, l’utilisation des terres, la santé des sols, l’agriculture durable, les écosystèmes durables, l’utilisation durable des macronutriments et la gestion des ressources en eau. Le Centre britannique pour l’écologie et l’hydrologie est un partenaire stratégique du Natural Environment Research Council, qui fait partie de UK Research and Innovation. www.ceh.ac.uk  / @UK_CEH

 Pour tout renseignement sur les médias
Pour des interviews, des images et de plus amples informations, veuillez contacter Simon Williams, responsable des relations avec les médias au UKCEH, via simwil@ceh.ac.uk ou +44 (0)7920 295384.